Tradition des tarots de Marseille

Un forum créé par Laurent EDOUARD et géré par Chèvre

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

A la mémoire de mon ami Jean-Claude FLORNOY. Pour vous inscrire adressez simplement votre requête à Laurent ÉDOUARD via son site ou à Chèvre, ici, en indiquant le pseudo sous lequel vous souhaitez participer.

#1 26-06-10 21:29:13

Bertrand
Membre Tempérance
Lieu: Paris
Date d'inscription: 30-08-09
Messages: 284
Site web

Explaining the Tarot

Bonjour,

Je n'ai pas encore reçu l'exemplaire qui doit être sur son chemin de Explaining the Tarot de Depaulis, Caldwell et Ponzi.
Il s'agit de traduction (en anglais malheureusement) et de commentaires (pareil) sur le texte de Piscina et un texte anonyme de la renaissance, dont il a été question dans des publications spécialisées et plus récemment sur quelques forums notamment.

Sans être un historien du Tarot ni passionné principalement ou exclusivement par cet aspect du Tarot, comme tous j'apprend énormément des points de vue des historiens sur le Tarot. Michael J. Hurst a fait une critique fort détaillée de Explaining the Tarot, qui, sans être dépourvue du parti-pris très marqué et énervé de son auteur, expose plutôt brillamment au fil de sa critique (et dans la langue de Shakespeare une fois de plus hélas) quelques jalons important de l'histoire du Tarot. Il souligne notamment que "Explaining the Tarot" répond à la question courante "que pensaient des gens de la Renaissance devant les images du Tarot", avec deux exemples réels. Comme Charly l'avait remarqué dans le sujet où on avait discuté un peu du texte de Piscina, on n'est pas plus avancé à la lecture du texte farfelu de Piscina par exemple (qui n'est pas meilleur ou plus précis qu'un texte moderne pas au courant du tout de l'histoire du Tarot) ; au moins on peut se dire que de ce point de vue on n'est pas plus mal barré aujourd'hui qu'à la Renaissance pour aborder le Tarot et qu'on n'a pas de complexe à avoir par rapport au quidam moyen de la Renaissance sous le prétexte qu'il était "immergé dans l'ambiance culturelle de l'époque qui a vu la création du Tarot"... ce qui est encourageant d'un côté, et fait aussi comprendre qu'il faut chercher ailleurs que dans les généralités sur l'époque ou les références les plus évidentes : ainsi il est bon suivant le Tarot qu'on considère d'essayer non pas de comprendre les impressions de l'usager lambda dudit Tarot mais bien de tâcher de se connecter aux volontés qui ont permis sa création. Celà vaut pour tous, Viéville (voir l'indispensable et exemplaire ouvrage de Charly Alverda bien sûr), Noblet (voir le travail de Jean-Claude Flornoy) ou plus proche (et moins du goût des habitués des lieues) Paul Marteau (là on a carrément une source directe avec son livre).

À noter aussi la deuxième note de Michael J. Hurst, où il reprend Dummett qui souligne l'importance toute relative de l'iconographie pour l'histoire du Tarot dans son expression la plus pragmatique. Une remarque un peu excessive mais partiellement juste quand on considère l'histoire "globale" du Tarot en partant des premiers exemplaires connus jusqu'aux productions tardives du début du XXe (et plus).
La citation de Dummett : "il est hautement improbable que par le moyen de l'iconographie, on puisse apprendre quoi que ce soit de pertinent au sujet du jeu joué avec les cartes de Tarot ou, incidemment, de l'usage premier pour lequel le paquet de cartes fut originellement conçu", remarque définitive mais cohérente avec son approche, est évidemment à prendre avec nuances et pincettes en la replaçant dans le contexte de l'époque à laquelle elle a été écrite. Une remarque qu'on peut aussi oublier quand on se consacre à l'étude d'un Tarot particulier (ou deux hein...) - et pas seulement parce que que si on ne se consacre pas à l'iconographie il n'y a évidemment plus grand chose à étudier !

Cordialement,

Bertrand

Hors ligne

 


Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr
Maintenance : DR Création
Hébergement du site assuré par : DR Création