Tradition des tarots de Marseille

Un forum créé par Laurent EDOUARD et géré par Chèvre

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

A la mémoire de mon ami Jean-Claude FLORNOY. Pour vous inscrire adressez simplement votre requête à Laurent ÉDOUARD via son site ou à Chèvre, ici, en indiquant le pseudo sous lequel vous souhaitez participer.

#1 10-01-09 00:06:26

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Le tarot par Eliphas Lévi

Je  remercie Nicoleo de  son message de bienvenue.

Comme il me le suggère, je lance une discussion.

Préalablement en tant que  membre bien discipliné, j’ai lu la charte du réseau, et je dois dés lors ouvrir ce post en disant que malgré la version un peu « Religieuse » que j’ai du TDM, je n’appartiens à aucune forme de mouvements qui viendraient parmi vous chercher quelques adhérents. Le seul fait est que très curieuse de philosophie, après avoir visité les écoles classiques  je me suis aventurée un jour après bien des lectures dans la philosophie hermétique.

C’est en poursuivant mon chemin en cette voie que j’ai trouvé il y a quelques années un livre qui parmi ses analyses, évoque grandement le TDM et sa symbolique. Ce livre c’est « SECRETS DE LA MAGIE » par Eliphas Lévi.

C’est un livre écrit dans les années 1860 par l’ex abbé Alphonse Louis Constant. Malgré son titre un peu folklo c’est un manuel de philosophie très sérieux qui en son temps a beaucoup influencé des gens tels que Nerval, Baudelaire, Victor Hugo, André Breton.

Que ceux qui seraient susceptibles de chercher à se le procurer soient avisés que ce livre contient en fait trois manuels « Le dogme et rituel de la haute Magie », « Histoire de la magie » et enfin « La clef des grands mystéres ».

Pour un motif qui se trouve sans doute mercantile les éditeurs ont tendance de plus en plus lors des éditions à fragmenter l’ouvrage, ce contre la volonté de son auteur qui s’exprime bien clair sur le sujet. Si vous le trouvez sous la forme dispersée il est important de lire les volumes dans le sens énoncé ci-dessus.

Cet ouvrage est remarquable par l’érudition de son auteur qui en tant que prêtre connaissaient deux langues précieuses quand on se lance dans la recherche historique : Le latin et l’hébreux.

Il a de ce point de vue travaillé sur maintes symboles et allégories pour en reconstituer l’évolution historique et dans ce contexte le TDM est très largement évoqué.

Eliphas Lévi le définit en ses termes : Il s’agit d’ « un livre miraculeux inspirateur de tous les livres sacrés des anciens peuples ». C’est la précision analogique de ses figures et de ses nombres qui en firent un instrument de divination maintes fois dissimulé sous la forme de jeux les plus divers avant de se fixer dans sa forme connue à ce jour. Le très réputé calendrier bohémien  serait une autre évolution de la même source originelle.

Selon l’interprétation qu’en fait Eliphas Lévi :

Les 22 arcannes sont en relation avec les 22 lettres de l’alphabet hébreux dont elles reflétent les symboliques. Cela coupe court la polémique de leur numérotation, tacite et entendue car en relation de l’ordre des lettres de l’alphabet hébreux. Il semble qu’on ait cherché à numéroter les cartes quand les esprits ont perdu la mémoire de cet alphabet. Ce afin de les « fixer » dans le bon sens et d’une manière plus intelligible.
Ainsi le bateleur c’est l’esprit et les choses de l’esprit (création etc..) car l’esprit est l’élément premier en philosophie hermétique. C’est donc aussi la substance première, mais aussi le « nouveau ». La position de son corps renvoie d’ailleurs à l’aleph, le « A » écrit en hébreux qui forme une sorte de X. La nimbe en forme de 8 renversé  qu’il porte sur la tête est un symbole de vie et d’esprit universel  qui renvoie à Aleph. On le retrouve sur la tête d’autres personnage des arcannes (Voir n° 11 la force).Le Bateleur est une carte à caractére masculin.
LA PAPESSE est féminin au contraire. C’est le Beth « B » hébreux. C’est la loi première précisément celle du binaire, loi du second élément qui fait que rien ne peut exister sans son contraire. La Papesse  porte une croix sur la poitrine et est assise entre deux colonnes qu’on nomme jakin et bohas. Elle tente de cacher sous le pli de son manteau un livre, sur sa main droite une seule partie des doigts est visible sur l’édition de 1761 CONVER. Cela est volontaire c’est le signe du sacerdoce ésotérique qu’on rencontre chez les artistes influencés par la philosophie hermétique. A l’origine les colonnes auraient été noires et blanches la couleurs se serait perdue dans l’histoire (Motif ignoré ?). De plus la couronne de la papesse portait des cornes. Bref cela en fait un symbole de fécondité, De renouvellement. C’est une carte très affirmée.
Voilà pour l’exemple ainsi Eliphas Lévi détaille toutes les cartes du tarot ainsi que de tous les symboles ésotéristes qu’elles contiennent dont certains remontent à la très ancienne antiquité. La papesse serait en effet une version occidentalisée du symbole d’Isis, autrement dit de Gaia la première divinité, mais par conséquence aussi de la vierge. Tous ces symboles se rattachant à la même idée de féminité fécondité maternité


Mais la partie la plus étranges de l’interprétation consiste dans les quatre signes qui sont les hiéroglyphes du tétragramme  divin ainsi :
Baton                          Jod                        jo
Coupe                         Ctéis                     hé
Epée                           Ligam                   Vau
Cercle                      image du monde       hé
(Je répéte je n’appartiens pas à aucun mouvement Eliphas Lévi explique mieux que moi l’importance de cette combinaison  qu’on appelle de manière moderne « Jehova » ce qui signifie Dieu au final, le tarot ayant selon lui une portée divine dans son message, le nom même de Dieu y serait crypté. bref… Je cherche à comprendre le tarot rien de plus malgré cette explication un peu hors sentiers traditionnels)
Quant au chiffre auquel le symbole appartient 1, 2, 3 etc… Ils sont en relation avec les 10 séphirotes.
1 Keter : Le pouvoir et l’équilibre en même temps
2 Chocmah : La sagesse, l’intelligence
3 Binah : L’activité l’action dirigée par l’esprit
4 Chesed : La miséricorde
Etc…

Pour finir les personnes habillée représentent l’homme dans ses différents états : Jeune homme, homme mur, vieillard et bien sur femme

Voilà pour l’explication de ce que je racontais brievément dans mon message de présentation.

A part cela on fait comment pour devenir membre Chariot d’Hermés 7éme clef du tarot ?


Bien à vous tous .

Hors ligne

 

#2 10-01-09 09:25:58

Nicoleo
Membre Jugement
Lieu: Toulouse-Blagnac
Date d'inscription: 23-07-07
Messages: 1221

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Merci VillaChicoubis,

Je suis très heureuse que tu aies répondu à mon invitation et ouvert une nouvelle discussion.
Me voici entièrement renseignée sur les mots hébreux que tu avais utilisés, mon étude de cette langue est très sommaire smile

Je connais les écrits d'Eliphas Levi (et je pense que beaucoup sont dans mon cas et en savent plus que moi ici) et si je cherche
un tout petit peu dans ma bibliothèque, je trouverai bien un de ses livres que j'ai mis de côté, non par manque d'intérêt, mais parce que je ne suis pas absolument sûre que l'origine des tarots soit celle qu'il nous démontre.

Ce que j'aime à voir, c'est que les théories différentes que nous connaissons, y compris celle que tu exposes, sont des "compléments" à la compréhension des tarots et rarement contradictoires.

C'est un plus d'utiliser les chiffres également à partir des séphira, je vais essayer de le faire en étudiant les cinq prochainement.


Amicalement. Nicoleo

La nature peut vivre sans l'homme, mais l'homme ne peut pas vivre une journée sans la nature.
(Hoàng Huong/CVN 05/08/07)

Hors ligne

 

#3 10-01-09 10:30:46

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour VillaChicoubis,

Mon ignorance est totale concernant l'hébreu c'est la raison pour laquelle pour l'instant je reste en retrait, je pense que d'autres pourront te suivre sur ce chemin... je te souhaite donc la bienvenue.

Nicoléo pour l'étude des numérales va développer dans ce sens, j'attends donc de voir si je peux vous suivre.

Bon week-end et peut-être à bientôt sur le forum,
Tempérance

Hors ligne

 

#4 10-01-09 13:04:48

joss
Membre Soleil
Lieu: toulon var
Date d'inscription: 20-05-08
Messages: 805

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour et bienvenue VillaChicoubis,

Voila une idée bien exposée et bien ecrite que j'ai eu plaisir à lire,
mon manque de connaissance en la matière ne me permet pas de la commenter,
des sujets il y en aura d'autres alors au plaisir de te lire ... et de te repondre
cordialement
Joss

Hors ligne

 

#5 11-01-09 17:40:53

Emmanuelle CIANFERANI
Membre Force
Date d'inscription: 14-08-07
Messages: 165

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à tous, bonjour VillaChicoubis,

Merci d'avoir initié ce fil de discussion qui a permis d'ouvrir une nouvelle rubrique.
Et bienvenue sur ce forum !

Hors ligne

 

#6 11-01-09 18:28:14

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour Villachicoubis

Je constate que vous connaissez bien ce cher Levi, la plus grande figure de l'ésotérisme du XIXè siècle, le "Balzac de l'occultisme". Il avait été initié par des rosicruciens et grand Maçon il a vainement tenté de ramener la Maçonnerie à ses origines. Il quitta la F. M quand le Vatican la frappa d'excommunication, j'ai beaucoup d'affection pour cet homme, mais je partage peu ses affirmations sur le tarot.

Le Tarot est né vers 1450 en Italie du Nord, ce tarot contenait la somme des connaissances des humanistes :  néo-platoniciennes et kabbalistiques. Mais le tarot que nous connaissons est né (vraisemblablement) à Lyon vers 1500, quand les Maîtres-cartiers, leurs Compagnons et Apprentis le diffusent massivement son contenu est différent, il véhicule surtout la nouvelle connaissance hermétique qui envahit toute l'Europe; sa "matrice" est parallèle à celle de la kabbale hébraïque mais pas identique. Les "Triomphes" que vous appelez "arcanes" correspondent peu au modèle voulu par Levi, les hébraïsants se sont penchés sur la question.

Quand les derniers grands Maîtres-cartiers disparaissent à la fin du XVIIIè siècle, les Maçons s'en emparent, Court de Gebelin et le Comte de Mellet les premiers le ratachent à un enseignement égyptien -qu'ils connaissent fort peu !- et lui donnent une vocation toute nouvelle : la divination. Il faut attendre Levi pour que cette vision se précise, et les Maçons de l'extrême fin du XIXè et du début du XXè qui inventent les termes d'arcanes majeurs pour les cartes qu'ils pensent interpréter, et arcanes mineurs pour les cartes dont ils ne savent que faire. Ces Maçons redessinent les cartes parce qu'ils trouvent les cartiers trop ignorants ! Papus, Wirth, Marc Haven, Chaboseau font ainsi et inventent des méthodes de tirage. On a fort peu évolué depuis, c'est très récemment qu'on prétend utiliser les 56 cartes (sur 78!!) restantes. La vision du tarot depuis sa disparition est maçonnique et très pauvre somme toute, celle de ce nouveau Compagnonnage où oeuvrèrent les cartiers (pendant presque 300 ans) l’est beaucoup plus... à mon sens.

Cordialement,

C...a

Dernière modification par Charly Alverda (11-01-09 18:37:48)

Hors ligne

 

#7 12-01-09 12:20:21

Yves Le Marseillais
Membre Etoile
Date d'inscription: 11-07-07
Messages: 496
Site web

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Charly Alverda a écrit:

Bonjour Villachicoubis

Je constate que vous connaissez bien ce cher Levi, la plus grande figure de l'ésotérisme du XIXè siècle, le "Balzac de l'occultisme". Il avait été initié par des rosicruciens et grand Maçon il a vainement tenté de ramener la Maçonnerie à ses origines. Il quitta la F. M quand le Vatican la frappa d'excommunication, j'ai beaucoup d'affection pour cet homme, mais je partage peu ses affirmations sur le tarot.

Le Tarot est né vers 1450 en Italie du Nord, ce tarot contenait la somme des connaissances des humanistes :  néo-platoniciennes et kabbalistiques. Mais le tarot que nous connaissons est né (vraisemblablement) à Lyon vers 1500, quand les Maîtres-cartiers, leurs Compagnons et Apprentis le diffusent massivement son contenu est différent, il véhicule surtout la nouvelle connaissance hermétique qui envahit toute l'Europe; sa "matrice" est parallèle à celle de la kabbale hébraïque mais pas identique. Les "Triomphes" que vous appelez "arcanes" correspondent peu au modèle voulu par Levi, les hébraïsants se sont penchés sur la question.

Quand les derniers grands Maîtres-cartiers disparaissent à la fin du XVIIIè siècle, les Maçons s'en emparent, Court de Gebelin et le Comte de Mellet les premiers le ratachent à un enseignement égyptien -qu'ils connaissent fort peu !- et lui donnent une vocation toute nouvelle : la divination. Il faut attendre Levi pour que cette vision se précise, et les Maçons de l'extrême fin du XIXè et du début du XXè qui inventent les termes d'arcanes majeurs pour les cartes qu'ils pensent interpréter, et arcanes mineurs pour les cartes dont ils ne savent que faire. Ces Maçons redessinent les cartes parce qu'ils trouvent les cartiers trop ignorants ! Papus, Wirth, Marc Haven, Chaboseau font ainsi et inventent des méthodes de tirage. On a fort peu évolué depuis, c'est très récemment qu'on prétend utiliser les 56 cartes (sur 78!!) restantes. La vision du tarot depuis sa disparition est maçonnique et très pauvre somme toute, celle de ce nouveau Compagnonnage où oeuvrèrent les cartiers (pendant presque 300 ans) l’est beaucoup plus... à mon sens.

Cordialement,

C...a

Bonjour Charly et ses Dames wink)

J'aime bien le paragraphe qui démarre à: " Quand les derniers Maitres-cartiers disparaissent à la fin du 18ème siècle...." et j'y souscrit volontiers.
Je pense juste que la divination par les cartes date... du début des cartes que ce soit des Tarots ou d'autres modèles de jeux d'ailleurs.
J'envisage sérieusement que les Tarots datent de bien avant 1450 mais ne peut le démontrer. Dont acte.

Pour l'origine Egyptienne disons que je retrouve des postures type des figures du Tarot dans des ornementations et sculptures Egyptiennes mais cela me semble normal car les rites et gestes "magiques" sont un language codé qui dépasse les frontières et le temps.
Donc l'Egypte est un lieu parmis d'autres. Pensons à Babylones et son iconographie très parlante.
Idem pour les Grecs et Romains et leurs rites: Daimonax  dans sa recherche trouve des liens dont certains m'interpellent meme si je ne souscrit pas globalement à sa thèse.
L'Inde aussi donne des informations mais là je suis un peu court car je l'avoue je ne suis pas passionné d'Indhouisme.
Tout cela pour dire que le Tarot est homogène tout en contenant des symboles communs à l'humanité et il peut impressionner (aussi) un étranger (disons un japonais, un indhou, un africain, un Sud Américain) par le seul fait de sa gestuelle et posture.
C'est comme cela que je vois les choses du moins.

Station de Ski du Plan D'aups Sainte Baume

Yves Le Marseillais


Personne n'est au dessus de l'obligation de dire la vérité.

Hors ligne

 

#8 12-01-09 23:27:13

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à tous

Yves le Marseillais écrit : " Je pense juste que la divination par les cartes date... du début des cartes que ce soit des Tarots ou d'autres modèles de jeux d'ailleurs."

Ce qui est tout à fait exact pour les cartes - les quartes, ancienne appellation - à quatre couleurs, mais le tarot à cinq " bandes " semble bien faire exception de par les sources littéraires ou iconographiques. Ce qui s'esplique par le fait que la divination a toujours préféré un support restreint pour s'exprimer : osselets, dés, géomancie, cartes ordinaires, sans parler des augures.

Les tarots sont l'expression d'une nouvelle manière de penser l'univers et l'humanité à partir de la découverte de l'hermétisme platonicien, de la kabbale hébraïque et des fantasmes sur le Nouveau Monde. La "quintessence" nouveau concept, devient le " lieu " où peut s'affranchir l'homme (des villes) ne vivant jusque là qu'en groupements : confrérie religieuse ou de métier. " L"individu " naissant est fasciné par les innombrables échelles de correspondances qui le relient aux êtres visibles ou invisibles, car tout de la pierre à l'oiseau lui apparaît vivant et il est par excellence le seul être pouvant en avoir conscience. " Quelle merveille que l'homme ö Asclepios " aime citer Marsile Ficin, qui se trouve le premier à accéder à cette expérience qui lui fait éprouver tout d'abord une grande angoisse.

Le tarot ajoutant les 22 triomphes aux quatre couleurs traditionnelles - le carré existentiel et les quatre éléments, les quatre humeurs... - ne peut être antérieur à la découverte de la kabbale hébraïque servant à prouver la véracité du christianisme. La haute figure d'Hermès en ces temps était contemporaine de Moïse ou le précèdait, c'est du moins ce que pensaient les humanistes de la "prisca théologia".

Les Maçons du XVIII, XIX et XXé siècles étant tombés comme nous-mêmes dans la nuit de la séparation entre nature et culture, ne surent que faire du dépôt que leur avaient confié les " adeptes " issus du milieu des Maîtres-cartiers et imprimeurs principalement. La présentation au public des tarots à des fins divinatoires ne fut que la conséquence de l'échec des Maçons d'appréhender le savoir contenu sur ces bouts de carton. Ces Maçons ayant perdu la connaissance de leur propre origine et la faisant remonter au temps des bâtisseurs de cathédrales, alors qu'ils n'étaient que les dépositaires du savoir de la Renaissance tardive des XVIè et XVIIè siècles.

Cordialement,

C...a

Dernière modification par Charly Alverda (13-01-09 02:39:32)

Hors ligne

 

#9 13-01-09 09:48:48

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

MEA CULPA : j'ai eu enfin ce matin un doute salutaire, c'est Papus qui fut surnommé le " Balzac de l'occultisme " et non son illustre aîné Eliphas Levi.

Rendons donc à César...

Cordialement,

C...a

Hors ligne

 

#10 14-01-09 13:10:03

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Excusez moi de ne pas être revenue avant faire la discussion, mais à la vérité je cherchais abasourdie mon message ne comprenant pas les motifs de sa disparition soudaine. Et grande surprise il est là en tête d’un nouveau forum c’est formidable ! Aussi je veux  remercier tout le monde de l’intérêt porté.

Pour reprendre avec ce cher Eliphas Lévi, il faut  admettre que je connais  bien  ses « Secrets de la Magie » pour en avoir fait plusieurs lectures. De ce point de vue je rassure de suite que sa version du tarot ne suppose pas qu’on sache lire et écrire hébreux, mais juste qu’on se familiarise avec les lettres de son alphabet et leur symbolique. Cela représente un petit travail d’apprentissage qui n’est pas hors de portée des plus motivés.  Il existe quelques sites en ligne ou cet alphabet est résumé dans sa symbolique. Par ailleurs Eliphas Lévi le décrit en long et en large dans  Dogme et Rituels.

Pour l’origine du Tarot, personnellement j’abonde dans le sens de Yves le Marseillais et plus encore je dirais qu’il se perd dans la nuit des temps. Car il est un cumul d’influences d’après mes recherches personnelles entreprises en complément de celles d’Eliphas à la lumière des dernières découvertes anthropologiques.

Je vois que nous avons chez Monsieur Alverda un érudit hors paire question histoire du TDM, et son discours met en évidence une chose non négligeable : L’influence maçonnique dans sa conception moderne, nous renvoie par voie de conséquence aux symboles du temple, et par voie de conséquence à l’hébreu…

Pour ma part soyons honnête je n’ai pas une telle érudition de l’histoire du TDM. D’ailleurs, je ne suis pas cartomancienne, et en plus c’est complètement par hasard que j’ai réalisé l’importance de ce « jeux » dans l’histoire de l’homme… J’étais alors absorbée à chercher la réponse à une autre question : Comment l’homme animal instinctif, singe descendu de l’arbre est il devenu un être de conscience. Autrement dit par quel chemin l’élan réflexe de l’instinct avait il avancé  pour permuter en pensée logique intelligente. Cela va vous paraître un peu tiré par les cheveux, mais du point de vue de l’évolution de l’intelligence de l’homme le tarot est très éloquent.

En effet l’étude montre  qu’à une étape de son évolution  l’homme s’est trouvé être un animal dualiste : Par le biais du phonème il avait développé les mots par lesquels son esprit commençait à s’exprimer et désigner des choses… Mais il n’en avait encore pas développé assez pour exprimer tout son ressenti. Cette étape remonte au paléolithique… Aussi rapidement l’image le dessin devinrent des moyens d’expression qui se sont longtemps perpétués pour s’exprimer « hors mot », mais par la suite également quand on devait s’adresser à des populations qui parlaient une autre langue ou qui étaient moins instruites, moins étendues dans leur conscience pour leur faire comprendre des règles, des codes de société abstraits. Il est facile de désigner une chose, de manifester son accord ou désaccord, mais exprimer le bien le mal l’amour et tout ce qui est immatériel cela a toujours été plus difficile à traduire par le langage, même aujourd’hui l’homme a encore parfois du mal à mettre des mots sur ses émotions… Ces dessins sont devenus en conséquence au fil du temps des allégories dont la mythologie antique  et la bible regorgent. Ce mode de pensée et de communication nous est encore familier  après 40 000 ans d’évolution puisque c’est toujours à travers l’allégorie des contes, donc l’image et son symbole  qu’on enseigne les rudiments de la morale aux petits  enfants dont la conscience pour appréhender le bien le mal n’est pas encore mure.

Cette digression pour expliquer  que les images tout en évoluant au rythme de la conscience ont toujours véhiculé par delà le temps et l’espace la même poignée de valeurs fondamentales qui semblaient bien clair aux esprits primaire de l’époque et qui nous semblent désormais difficiles à interpréter. Motif qui réside sans doute dans le fait que ces images sont des expressions instinctives primitives, sur lesquelles la conscience a évolué et s’est déphasée.
Il semblerait qu’à un stade primitif, l’homme ait eu une intuition dont il a voulu laisser trace à la postérité sous la forme de symboles différents suivant les cultures mais rassemblant nombre de points communs dans l’expression et complètement analogues dans la portée.

Le TDM est un rejeton de cette connaissance ancestrale livrée sous la forme de l’image et du symbole. Il nous vient de partout et on peut le reconnaître en quantité de figures
Jakin et bohas les colonnes du temple ne sont rien d’autre que le Ying Yang orientale. On les retrouve dans la papesse et dans le chariot d’hermès
Autre exemple : Nous connaissons les coupes, mais elles sont aussi calice chez les chrétiens et chaudron chez  les druides
Les bâtons se retrouvent dans les civilisations nord américaines et il est largement intégré aux danses traditionnelles indiennes comme symbole virile. En cela il correspond à la symbolique première du Jod. Il est ce que le prophète transforme en serpent.
Les épées sont les poignards des aztèques et des hindous
Quand au cercle : Il est le culte celte à l’origine des crêpes, il est hindouiste (Voir représentation du panthéon voir Adda nari pentacle qui reproduit baguette poignard calice et anneau)) orientale (Voir Ying et Yang), c’est le disque en or des indiens d’Amérique du sud. Il est à la fois le soleil, l’équilibre universel, mais la force du mal qui aspire le profane lorsqu’il apparaît sous la forme d’un serpent qui se mord la queue et ce fameux serpent existe en moultes cultures que je ne pourrais toutes les recenser, avec un point commun : Comme dans le jardin d’Eden, le serpent est attaché à la sagesse et à la vérité, s’il n’est pas en boucle. Chez tous les peuples tribaux à cultures animiste et chamanique le cercle, et « former le cercle » sont des constantes qu’on retrouve partout. Et le symbole de ce cercle ne s’égare jamais du symbole hermétique dont il est au contraire son grand père.

Il me semble incontestable que les premières figures comme la papesse date du néolithique c’est Gaia Isis puis la vierge.
D’autre figure sont aussi anciennes que la bible hébraïque (J’entends toute la bible hébraïque traditions orales et écrites confondues) : Voir n° 16 c’est la tour de babel. Bis repetita pour Jakin et Bohas les colonnes du temple
Le monde n° 21 ne trahit pas son origine antique égyptienne par la figuration du sphinx dans les angles.
Je réserve mon dernier exemple à l’attention de Charly : Carte n° 15 : Le bouc de baphomet diabolisé par l’église suite à la chute des templiers qui avaient pris pour habitude au contact des civilisations orientales de lui embrasser le derrière dans leur rite initiatique (Cela entre t il toujours dans l’initiation du chevalier Kadosh ? Voilà une question que je me pose depuis longtemps …)

La simple référence à baphomet nous ramène bien avant 1450. Le symbole sort de la haute antiquité. Il figure encore en Afrique auprès des tribus pastorales qui élèvent des chèvres. Et on ne parle pas du vaudou avatars entre le christianisme et le culte des idoles de la nature. Il serait avec la papesse un des plus vieux symboles dans son origine  (Pour rappel néolithique soit un peu moins de 10 000 ans)

Quant au  remaniement du TDM en 1450/1500 il s’explique à l’aube de la renaissance par une simple invention technique car pour rappel en 1450 Gutenberg installe ses premiers ateliers d’imprimerie. Pour l’époque cela vaut comme une révolution Internet. Les intellectuels les artistes peuvent enfin commencer à s’exprimer et on s’exprime mais pour plaire au roi dont on craint toujours la susceptibilité (Voir crime de lèse majesté) autour des 62 cartes originelles on rajoute dame Cavalier valet et bien sur : Roi, Bref une représentation de la cour qu’on ésotérise par la symbolique du sphinx, consacrant ainsi l’origine divine de la royauté pour lui plaire, mais qui fait double emploi avec l’interprétation hébraïque. De là que Eliphas lui-même ne s’y attarde pas. On recolorise pour s’adapter à l’imprimerie, et comme on est surtout francs et  maçons autour des presses, on inscrit les derniers vestiges rassemblés et consensuels de la vieille connaissance oubliée dont une partie est druidique/celtique et l’autre ramenée d’orient par les templiers et les nomades (Etant précisé que les druides auraient avant eux découvert ces influences et pratiqué le tarot sans doute initiés en cela par des tribus nomades qu’on pourraient considérées comme étant les ancêtres des bohémiens, à nouveau les influences se croisent et se recroisent, lesdites tribus ramenant déjà ces cartes d’orient ou les légendes racontent qu’elles se les seraient procurées dans des circonstances douteuses. Ces cartes seraient devenues le calendrier bohémien, un cousin du TDM auquel il est pour ainsi dire impossible d’accéder, cette tradition étant conservée jalousement et son évocation étant quasi tabou de la part des populations qui le pratiquent)

Résultat : 400 ans après des internautes des cartésiens cherchent encore à comprendre  ce testament fabuleux de notre histoire qu’est le TDM…. Mais à mon avis son vrai sens relève d’un champ de conscience dont nous avons perdu une partie des repères, un champ instinctif, primaire.

Bien à vous tous

Hors ligne

 

#11 14-01-09 16:51:02

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour VillaChicoubis

Je reprends séquentiellement vos affirmations :

“ L’influence maçonnique dans sa conception moderne, nous renvoie par voie de conséquence aux symboles du temple, et par voie de conséquence à l’hébreu…”

Le Temple des cartiers est celui de la Nature, analogue au Temple de Salomon, tel qu’il est représenté dans le Pape et La Foudre du tarot Vieville (1650). La kabbale hébraïque est fort peu présente dans les tarots, c’est surtout la Cabale hermétique qui est énoncée.

“ Comment l’homme animal instinctif, singe descendu de l’arbre est il devenu un être de conscience. Autrement dit par quel chemin l’élan réflexe de l’instinct avait il avancé  pour permuter en pensée logique intelligente. Cela va vous paraître un peu tiré par les cheveux, mais du point de vue de l’évolution de l’intelligence de l’homme le tarot est très éloquent.”

C’est là un point de vue fort “moderne” n’ayant aucune valeur pour les cartiers. Pour eux, la conscience est UNE et intemporelle agissant partout, non-née. Seul l’être humain de par sa conformité peut réaliser “celà”, c’est son but, sa vocation sur terre, avant d’atteindre ce but, ce n’est qu’un “animal” humain avec ses instincts : la nourriture, le sexe, la violence. De tous temps il y eut des êtres qui s’affranchirent de cet esclavage en accédant à l’amour sans objet.

“ Quand au cercle :  Et le symbole de ce cercle ne s’égare jamais du symbole hermétique dont il est au contraire son grand père.”

C’est en effet quand les Sumériens inventèrent les 360 ° du cercle, que l’écriture put se manifester, à partir de la matrice des 22 polygones réguliers contenus dans ce cercle. Les 22 triomphes ajoutés aux 4 “couleurs” traditionnelles des cartes sont analogues aux 22 lettres de l’alphabet hébraïque, mais ne correspondent qu’imparfaitement avec elles, c’est l’erreur de Levi d’avoir forcé le rapprochement, ce qui n’était pas dans l’intention des cartiers.

“Il me semble incontestable que les premières figures comme la papesse date du néolithique c’est Gaia Isis puis la vierge.”

Oui, bien sur c’est la Grande Mère, mais vue en tant que “materia prima”, c’est même exactement (pour faire un jeu de mots) l’Astaroth du Tarot 

“D’autre figure sont aussi anciennes que la bible hébraïque (J’entends toute la bible hébraïque traditions orales et écrites confondues) : Voir n° 16 c’est la tour de babel.”

Si vous regardez un jeu ancien, vous ne tomberez pas dans l’erreur des Maçons, la Maison-Dieu ou la Foudre représentés dans les jeux du XVIè et XVIIè siècle n’ont rien à voir avec le mythe de Babel, je ne connais qu’une seule exception sur des centaines de jeux.

“ Bis repetita “ certes ! pour les colonnes du temple Jakin et Bohas. C’est seulement après 1650 que la Maçonnerie naissante donne ces noms aux colonnes de “son” Temple. Au XVlè siècle le Temple est représenté uniquement avec le Soleil et la Lune sur les deux colonnes du temple de la Nature, avec la rosée qui s’écoule de ces deux luminaires. C’est le jeu de mot : sel d’Ammon qui a donné le nom de Temple de Salomon aux Maçons.

“ Je réserve mon dernier exemple à l’attention de Charly : Carte n° 15 : Le bouc de baphomet. “

Vôtre référence est sans objet, ce n’est qu’au temps de Wirth (début XXè siècle), que ses amis maçons et lui-même remplacent le Diable par le Baphomet, bien loin de l’enseignement du Soufre des cartiers.

“ Quant au  remaniement du TDM en 1450/1500 il s’explique à l’aube de la renaissance par une simple invention technique car pour rappel en 1450 Gutenberg installe ses premiers ateliers d’imprimerie. Pour l’époque cela vaut comme une révolution Internet. “

Si vous étudiez la pratique des anciens cartiers, vous vous rendrez compte qu’ils n’ont jamais utilisé les techniques de l’imprimerie, les cartes étaient “taillées” dans des moules en poirier. Les cartiers donnaient “ordre” à des tailleurs de moles “ de réaliser leurs chefs d’oeuvre. Consultez le site de Camoin qui présente les photos des moules du dernier grand cartier : Nicolas Conver (1760)

Au sujet de l’imprimerie, dès que Gutemberg lance son invention la guerre des deux archevèques fait que les imprimeurs s’enfuient et s’installent en Italie, même le français Janson ! Gutemberg était un aventurier qui n’avait rien à voir avec le projet des imprimeurs humanistes, il avait trouvé sa technique pour imprimer massivement les bulles du Pape, après avoir bricolé dans la taille des pierres précieuses et produit des miroirs à mettre sur les chapeaux des participants des immenses processions religieuses (ce qui permettait à distance de recevoir l’influx de la statue du saint exhibé ! ). Mais rien ne lui a jamais réussi dans la vie, il a toujurs été là trop tôt ou trop tard.

Vous dites : “ on  est surtout francs et maçons autour des presses. “ Certes non, les imprimeurs liés au secret des techniques de ce nouveau procédédès, avaient du créer pour survivre (au bûcher) d’énormes réseaux internationaux et des langues secrêtes. Des lettres codées de Plantin sont visibles dans un musée. Les “humanistes” dans toute l’Europe bénéficiaient de ces réseaux : Postel, Bruno, Agrippa, Dee, pour ne parler que des plus sulfureux. C’est ce sytème qui a permis aux premières Loges maçonniques de s’établir dans la première moitié du XVIIè siècle. John Dee a été dans ces réseaux, le frontispice de sa Monade avec son Temple de la Nature est exemplaire. Les frères de la Rosée Croissante existaient des décennies avant les premières loges, nos Maçons modernes, inventeurs d’un Tarot des Bohémiens ou d’un Tarot des imagiers du Moyen-âge, croyaient que leur “lignée” remontaient aux bâtisseurs des cathédrales. Les Maçons actuels ont encore cette croyance, apparemment !

“ Résultat : 400 ans après des internautes des cartésiens cherchent encore à comprendre  ce testament fabuleux de notre histoire qu’est le TDM…. Mais à mon avis son vrai sens relève d’un champ de conscience dont nous avons perdu une partie des repères, un champ instinctif, primaire.”

Je vous assure avoir parfaitement compris “ le testament fabuleux “, il ne suffit que de recourir à la pratique de l’analogie qui était seule utilisée au temps des cartiers.

Cordialement,

Charly

Hors ligne

 

#12 15-01-09 09:28:45

Nicoleo
Membre Jugement
Lieu: Toulouse-Blagnac
Date d'inscription: 23-07-07
Messages: 1221

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

C'est passionnant,
merci à tous les deux, tous les trois dirai-je smile


Amicalement. Nicoleo

La nature peut vivre sans l'homme, mais l'homme ne peut pas vivre une journée sans la nature.
(Hoàng Huong/CVN 05/08/07)

Hors ligne

 

#13 17-01-09 01:57:45

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonsoir à tous,

Je constate que si certaines de mes affirmations vous interpellent, vous  ne contestez pas l’idée de fond qui est que les figures du tarot n’ont pas été inventées par les maîtres cartiers,  et qu’elles résultent de diverses influences aux origines multiples, bizarrement concordantes dans leurs messages.

Là ou je semble le plus  chiffonner les esprits, c’est quand j’y rajoute que venant de l’aube de la conscience de l’homme, l’exacte interprétation du tarot relève d’une réalité sous estimée : L’influence de l’analyse instinctive de l’homme au paléolithique puis au néolithique c'est-à-dire aux époques ou j’estime qu’il a tracé les premières représentations qui évoluant allaient devenir le TDM, mais également d’autre code comme le Calendrier (Et là je parle de Calendrier et non de tarot) Bohémien.
Cette conception moderne est anachronique des maîtres cartiers vous semble t il …Elle ne l’est pas des Bohémiens qui pratiquent authentiquement le Calendrier. Ils sont les vestiges d'un monde ancien et auront bientot disparu.

Il existe une Ecole qui m’a beaucoup influencée, et dans cette Ecole la définition  de l’instinct,  serait précisément :  Il est  « UN et intemporel agissant partout, non né ».
L’instinct est une  énergie première qui n’a rien à voir avec les inclinaisons particulières de l’être humain vers la luxure, la gourmandise et toutes sortes de violence. Les Tables de la Loi, et les rigueurs de la sagesse ont été gravées pour l’homme pas pour une autre espéce.
L’instinct est d’une autre envergure, et il officiait déjà malgré l’absence de l’homme à l’ère des dinosaures, et avant eux à l’ère des insectes, et avant eux à l’ère des organismes unicellulaires.
C’est avec l’évangélisation ensuite poussée par le siècle des lumières que l’instinct a été relégué à l’animalité primitive inférieure à l’homme et sa conscience du « Moi ». Ce que nous pensons depuis 1000 ans pèse peu face à ce que nous avons pensé pendant 35 ou 40 000 ans, et à ce que nous avons été au delà jusqu’à 03 millions d’années en arrière…

Dans mon ordonnancement l’Instinct est conscience, et l’équilibre de l’homme n’existe qu’entre sa conscience instinctive, et sa conscience intellectuelle.

Je reviendrai peut être sur la réelle nature de l’instinct, celle qu’on perçoit lorsqu’au contact des animaux et de la nature, on parvient à déchirer le voile de ses projections et de ses illusions… Pensée et image sont tellement imbriquées que c’est justement l’imaginaire débridé qui le plus souvent nous aspire dans le cercle de l’ignorance et du serpent qui se mord la queue…

Mais dans l’immédiat, revenons à Eliphas. Un forum lui est désormais dédié, et les gens s’attendent à y découvrir autre chose en le visitant que la forme tribale de l’ésotérisme.

Alors évoquons Eliphas, évoquons ses écrits et par là même son esprit.

Le discours préliminaire de « Secrets de la Magie » nous renseigne de suite sur les intentions de l’auteur qui aborde une question philosophique on ne peut plus ordinaire : Peut on concilier la science avec la philosophie et la religion ? Bien qu’ordinaire  cette question est d’un enjeu terrible pour l’humanité, car à défaut de ne pouvoir concilier les connaissances, cela signifie que nulle vérité ne peut exister. Or concilier les trois connaissances a toujours été quasi impossible : Si philosophie et science parviennent parfois à s’entendre, tout devient brouhaha et gesticulations quand la religion entre dans la pièce.
Nombre de penseurs se sont heurtés à cette question ardue et Eliphas les a lu avant de s’y attaquait à son tour. Il faut à ce stade réaliser l’épreuve de force d’Eliphas et considérer tous les ouvrages auxquels il a eu accès à une époque où la diffusion des livres n’était pas ce qu’elle est aujourd’hui. Il ne s’est pas contenté de se faire une petite réflexion instruite, sa réflexion est la somme d’un référencement culturel et littéraire rarement égalé parmi tous les auteurs confondus. « Secrets de la Magie » est la conclusion d’une existence toute entière consacrée à la métaphysique l’homme et à sa place dans l’univers.

A cette question primordiale de savoir si science religion et philosophie peuvent se mettre d’accord,  Eliphas répond :  Oui on peut les concilier,  mais l’homme a oublié comment et ce comment se trouve dans une connaissance cachée, occulte,  mère de toute les forces naturelles et intellectuelles.
Eliphas est plutôt clair concernant la méthode de rationalisation en vogue depuis le siècle des lumières : pour lui  Descartes est à coté avec son « Je pense donc je suis », c’est « J’existe donc je suis », c’est l’existence qui légitimisme la  réalité de l’être. Ainsi le surprend t on souvent à avoir une inclinaison amicale pour toutes les créatures de la nature, y compris dans leur expression qui lui semblait la moins intelligible : L’instinct précisément. Il se montre très avant gardiste pour son époque en considérant franchement l’instinct comme une logique hors logique humaine, mais sur laquelle il est indéniable qu’il existe une science de maîtrise ignorée du commun faute de savoir y regarder.
Comprendre Eliphas suppose de comprendre qu’ il n’a pas tenté de rationaliser  une réflexion qui ne relève pas du rationnel Cartésien. Il a abordé le sujet philosophique sensible de la réconciliation des connaissances en utilisant le langage ésotérique. L’ allégorique est présent jusque dans son plan formel puisque Dogme et  Rituel et Histoire de la Magie sont placés sous le chiffre 22 renvoyant chacun aux lettres de l’alphabet, mais aussi aux arcanes.
Mais l’allégorique va par  delà le style et la forme, jusque dans la réflexion, dans la démonstration Eliphas est occulte…  Son but était non seulement de démontrer l’analogie des symboles dans leur sens spirituel,  malgré leur diversité de figuration avec pour conclusion qu’ils seraient tous porteur d’un message, mais il voulait également démontrer que ces symboles étaient vivants et que leur contact ne pouvait que transformer les êtres qui y auraient accès avec non seulement la connaissance de leur encodage, mais aussi et surtout, la sagesse de leur compréhension.
Autrement dit l’individu qui parviendrait à réunir tous ces messages cachés dans les figures laissées par l’histoire,  et à en comprendre le sens caché, se trouverait alors face à une révélation qui le transformerait. .

Cela pour expliquer que si souvent alphabet hébreux et arcanes s’entrelacent, Eliphas  ne pratique pas de la sorte pour conclure telle carte de tarot signifie ceci ou cela, mais plutôt telle arcane analogue à telle lettre, l’est également à tel autre symbole.
En fait le repère arcane/lettre hébraïque  lui permet surtout de tracer une limite temporelle entre les dates auxquelles il peut se fier pour fixer l’évolution du savoir ancestrale qu’il établit au XIXéme siècle entre les première écrits  et les arcanes du tarot tel qu’il les voit à son époque.
On peut désormais grâce aux avancés archéologiques redélimiter cette borne  temporelle, et je crois qu’Eliphas  serait très excité d’apprendre que cela remonte à bien avant l’écriture (qui elle date environ -3500 av JC)…

De là qu’on pourrait lire qu’il cherche absolument à faire l’amalgame entre alphabet et arcane du tarot

Or ce n’est pas le cas. Le Dogme et Rituel n’est pas consacré exclusivement au décryptage des cartes, ou à celui de l’alphabet. Et ce bien qu’il semble en suivre le plan. Il décrypte les symboles par idée des messages, et montre leur inter corrélation. Cela à première lecture donne le sentiment d’un «  livré en vrac » d’où qu’il faut le lire et le relire pour le démêler. Eliphas avait conscience de cette difficulté. Mais derrière ce fatras apparent c’est une logique occulte a double emploi qui s’articule suivant la bonne vieille règle de l’initiation : ouvrir la porte et laisser l’adepte faire son chemin. « Secrets de la Magie » est un labyrinthe qu’il faut vaincre,  il oblige l’initié à sans cesse revenir pour redécouvrir une nouvelle lecture, et il faut mieux souvent pour ne pas s’y perdre tendre son propre fil d’Ariane. Du point de l’art de l’écrit, Eliphas fait preuve d’une rare maîtrise des symboles et de leurs effets… Ce qui le range au rang des mages véritablement actifs et non pas des simples parleurs… Il est de la lignée des plus grands, vous citez Agrippa j’y rajoute Paracelse. Paracelse qui en son temps avait semble t il déjà la maîtrise de quelques principes de biologie quantique sur laquelle notre science moderne ne fait que commencer à s’éveiller. Quand on pense qu’il ne dé saoulait pas et passait son temps à fuir le bûcher en officiant dans les tentes médicales militaires sur les champs de bataille. Cela donne le vertige.

Les chapitres de Dogmes et Rituel  ne sont donc pas énoncés «  voilà Aleph = le Bateleur »…
Non le chapitre premier est avant tout le n° 01, appelé aussi Aleph, appelé aussi A, symbolisé par le récipiendaire, et les termes antiques d’horizon divers Disciplina. En-Soph. Keter. Disciplina signifie discipline, En-Soph l’infini et Keter est une sephirah qui symbolise la raison absolue le pouvoir équilibrant. Le titre lui-même évoque encore une fois les intentions de l’auteurs : Nous véhiculer à travers une connaissance imagée, archaïque, perceptible suivant les cultures sous toutes formes de symboles. Quand il évoque le Bateleur, il revient sur ces symboles, mais il ne revient pas que sur Aleph il évoque aussi le 1, le A, la discipline etc.…

Et ainsi chapitre après chapitre il nous met devant une évidence : Il y a une réalité hors perception du plus grand nombre, une perception réservée à l’initié ou science philosophie et religion évoluent en paix et en harmonie, ou l’équilibre de leur poids engendre force vitale et renouvellement de l’être. L’existence de cette  réalité est commune à toutes les allégories. C’est pour cela qu’il me semble difficile, de véritablement tracer un mur entre  l’Hermétisme (Issu de la Table d’Emeraude),  et la kabbale issue du Sepher  comprenant Talmud et Zohar. Pas plus que je ne peux tracer de mur entre la science occulte occidentale et l’orientale.
Et par delà je ne peux non plus tracer de mur entre les consciences.

Ce faisant Eliphas met donc le mage en garde sur une nécessité primordiale : Percevoir toujours en priorité la connaissance véhiculée plutôt que de s’attacher à la forme du symbole, cette dernière n’étant que le contenant et non le contenu.

Seul le contenu est opérant sur l’homme. C’est pourquoi outre l’évocation des symboles, il donne les clefs de compréhension du magnétisme, physique et surtout psychique, mais aussi de diverses pratiques occultes. Les thèmes des projections, des illusions, de l’éveil de la conscience sont également approfondis…

Certaines parties du Rituel peuvent paraître parfois naïves voir empruntes d’un certain obscurantisme, mais encore une fois nous sommes en présence d’un grand maître qui sait ce qu’il fait, et comme il le glisse parfois à certains détours : Faites comme je vous décris, si vous ne comprenez pas maintenant, vous comprendrez ensuite…

Voilà donc pour une première entrée en matière concernant ce très cher Eliphas, qui reste à mon sens parmi les maîtres à penser un des plus grands, et qui méritait bien qu’un forum s’ouvre à sa mémoire…

Bien à vous tous , cordialement avec la bonne nuit

Hors ligne

 

#14 17-01-09 17:18:28

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à tous et "particulièrement" (vocable alchimique) à VillaChicoubis.

J’ai sélectionné à partir de votre post passionnant et passionné 3 extraits qui “me “ semblent déterminants dans votre “appréhension de l’oeuvre de Levi et des tarots.

“Je constate que si certaines de mes affirmations vous interpellent, vous  ne contestez pas l’idée de fond qui est que les figures du tarot n’ont pas été inventées par les maîtres cartiers,  et qu’elles résultent de diverses influences aux origines multiples, bizarrement concordantes dans leurs messages.”

“Il existe une Ecole qui m’a beaucoup influencée, et dans cette Ecole la définition  de l’instinct,  serait précisément :  Il est  « UN et intemporel agissant partout, non né ».”

“Peut on concilier la science avec la philosophie et la religion ? Bien qu’ordinaire  cette question est d’un enjeu terrible pour l’humanité, car à défaut de ne pouvoir concilier les connaissances, cela signifie que nulle vérité ne peut exister.”

Je considère E. Levi comme le plus grand des Maçons du XIXè siècle qui ont voulu imposer le Tarot dans le public (hors de la sphère des joueurs). Il avait beaucoup plus de culture... et d’humilité que ses “suivants ”. Il est effectivement intéressant de le prendre comme référence, de maître-étalon, pour se rendre compte de la perte de spiritualité de notre société.

Un anthropologue français a pu tout récemment faire un “état des lieux” des grilles de lectures posées sur l’homme et son environnement. Il s’agit de Philippe Descola dont j’extrais de son ouvrage “ Par delà nature et culture “ ces fondamentaux :

“ L'intériorité est ce qui donne animation et conscience à la personne, on la connaît par ses effets et on peut la déceler chez des existants non humains. La physicalité, c'est la dimension matérielle, organique, des existants humains et non humains : la forme extérieure, les fonctions biologiques...
“ Il n’ y a que quatre façons de voir les relations entre existants, Si un homme considère qu'un élément du monde lui ressemble par l'intériorité mais diffère par la physicalité, il est dans un système animiste, si cet élément diffère de lui par l'intériorité et lui est semblable par la physicalité, c'est le naturalisme. S'il est semblable sur les deux plans: c'est le totémisme. S'il est différent sur les deux plans, c'est l'analogisme.... “

Il démontre parfaitement que nous étions à la Renaissance dans une vision analogique du monde et que nous sommes depuis 300 ans dans une vision naturaliste. Il est évident que plaquer notre vision naturaliste sur une oeuvre de la Renaissance, dont les tarots, est sans issue. Je citerai une fois de plus cet exemple à propos de la Melancholia de Durer où une lecture naturaliste nous donne à voir l’ Ange de la mélancolie. La lecture analogique elle, nous donne à voir l’Ange de la planète Saturne et sa (nouvelle) influence de la plus haute créativité. Bosch, Breugel, l’architecture nouvelle et les tarots ne peuvent être lus (vus) que par la pratique de l’analogie.

J'insiste sur le fait que je ne  puis que " contester l’idée de fond qui est que les figures du tarot n’ont pas été inventées par les maîtres cartiers."

A partir du moment où les cartiers sont groupés en Compagnonnage les “figures” du tarot deviennent en trompe l’oeil, car c’est le “pied “ de la carte : le nom, en interaction avec la “tête” : le nombre, qui déploie (à l’intérieur de la psyché) le “corps” de l’image. Peu importe donc que les images “évoquent” des symboles dionysiaques, égyptiens, platoniciens, chrétiens... Ce qui importe c’est la “correction” de la psyché qu’implique la tension entre le nom et le nombre, et il n’y a là que parallélisme avec la kabbale.

Je ne comprends pas le glissement sémantique de la conscience vers l’instinct, à quelle école faites vous référence?

Les écoles de l’hermétisme et de l’hindouisme par exemple considèrent que "l'instinct est né" et que la matière est créée, et la conscience non née et non créée. J’ai cru comprendre, dans votre précédent post, que vous considériez l’évolution de l’humain dans le cadre de la notion de “progrès”. C’est encore une fois notre vision naturaliste qui donne cette “impression”, l’idée du progrès est destinée à donner un sens à l’histoire, mais l’illusion est de croire qu’elle confère à l’histoire un sens immanent alors qu’elle ne peut avoir qu’un sens transcendant. Il me semble très important de ne pas confondre évolution biologique et progrès car se serait rester sous la loi d’un christianisme historique ayant objectivé l’esprit, lui faisant perdre son dynamisme à tel point que la beauté devienne inacessible même aux artistes ! au nom d’une Vérité qui l’excluerait de facto.

Peut-être que E. Levi, qui avait tenté sans succès de restaurer l’esprit de la Rose-Croix dans la F. M. à rompu avec celle-ci (quand celle-ci fut excommuniée) pour lutter au sein de l’Eglise à la conservation du dynamisme de l’esprit, la parution du Règne de l’Esprit pur, par son grand ami Fauvety, semble aller dans ce sens.

“Peut on concilier la science avec la philosophie et la religion ? “ Cela fut particulièrement réussi par les cartiers et autres artistes de la Renaissance, mais aussi dans l’hindouisme, l’Islam Chiîte du XIIIè siècle entre autres exemples. (lire H. Corbin au sujet de l’islam)

“Eliphas est plutôt clair concernant la méthode de rationalisation en vogue depuis le siècle des lumières : pour lui  Descartes est à coté avec son « Je pense donc je suis », c’est « J’existe donc je suis », c’est l’existence qui légitimisme la  réalité de l’être.”

Je ne vois aucune différence entre ces deux affirmations, penser est sur le plan de l’existence mais pas sur celui de la vie. L’égo est basé sur la mémoire et n’est qu’une collection de pensées, la pensée continue est la sauvegarde de cet égo, elle nous mantient en prison, parce que nous voyons tout avec la tête de nos pensées. Ici le Tarot est une formidable école de perception! A condition de ne pas voir un Baphomet en 15 et une Tour de Babel en XVI ! La conscience est au-delà de la dualité sujet/objet elle informe autant que possible cette existence d’esclave qui ne veut pas laisser passer l’immensité et l’intensité de cette vie par peur (de la mort, bien sur). “ Si tu ne redeviens comme un enfant, ouvert, confiant, l’énergie ne passe pas. L’énergie est là, conscience cosmique. “

Pour conclure provisoirement, Levi ne s’inscrivait que dans notre vision naturaliste du monde, une preuve en est donnée par sa fameuse Clef, qu’il attribue à Postel, et à qui il prétend donner la première présentation du Tarot à cause du mot “taro”. Van Rijnberk dans son bel ouvrage : Le Tarot, Histoire, Iconographie Ésotérisme, reprend cette assertion en la contestant. En fait, j’ai pu démontrer (*) rigoureusement que cette clef était Rose-Croix - le symbole du Dissolvant universel - et que le mot : rota, inscrit dans le carré du paneton de la clef et dans le cercle (de la poignée) ne s’appliquait qu’aux rota(e) des R + C, leurs “roues” de la Nature, A.V.F étant les initiales de l’éditeur R+C de cette deuxième édition de Postel, Abraham Van Frankenberg, disciple et ami de Jacob Boehme.
Levi qui prétendait avoir été initié dans le cercle R+C n’avait pu comprendre cela, ceci est pour le moins curieux ! Pour ne pas nuire à la mémoire de ce grand homme, je pense qu’il a été quelque peu abusé par un groupe “prétendant” remonter à la fin du XVIIè siècle, ou peut-être même que ce groupement réel subissait la même objectivation de son esprit que la F.M.

(*) bien sur j’envoie ma démonstration complète à qui est intéressé.

Cordialement,

Charly

Hors ligne

 

#15 18-01-09 00:23:40

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à tous avec un regard particulier vers Monsieur ALVERDA, qui semble être mon interlocuteur privilégié dans l’immédiat.

Je dois d’abord peut être me présenter à vous car il est un fait que mes influences sont particulières et parfois difficiles à évoquer.

Je m’intéressais de philosophie et d’ésotérisme, quand je me suis mise à m’intéresser à un art particulier : Celui du maniement de l’animal. Le discours est passionné est certes que nous sommes dans la passion déraisonnable, celle qui pousse l’homme – En l’espèce la femme à n’être jamais rassasiée par la connaissance et à en vouloir toujours plus …

Je pratique le Totem initiée en cela par des gens qui ne savent ni lire ni écrire, et je pratique l’analogie initiée en cela par mes lectures.

Loin d’être de ces excités, ou de ces illuminés qui avancent les termes de « sorcier » ou « chamane » sans se rendre compte, j’ai passé et je passe encore le Totem au crible de la triple connaissance : Religieuse, Philosophique et surtout scientifique…

Confrontant l’approche du Totem par ces sorciers, à l’approche de nos penseurs modernes, je me suis rendue compte que ces gens reliques d’une connaissance oubliée dans l’histoire de l’homme avaient une vision sommes toutes beaucoup plus éclairée que nous… Qu’ils étaient non seulement manieurs d’animaux les plus divers avec un pouvoir qui envahissait jusqu’à mes rêves, mais porteurs de cartes anciennes, de runes, de figures et de calendriers dont le message était leur code d’existence et par le prisme desquelles, il comprenait leur nature mais aussi celle de l’animal et tous les mystères de la science qui se posaient à eux dont la médecine, l’astronomie etc.…
Si je tentais de comprendre ces êtres avec mon esprit cartésien, je ne comprenais rien.
Il n’y avait que par analogie à la science occulte occidentale que je parvenais à cerner leurs allégories, et saisir ce qu’ils me disaient. Science occulte à laquelle j’ai été initiée par Eliphas Levi (Lecture des « Secrets de la Magie » ouvrant bien des portes de compréhension ultérieure – Je rappelle que je n’appartiens à aucune section officielle ou officieuse de pensée)

Je vois dans la conscience que l’homme s’est forgé de la nature,  03 étapes : La première est mécanique car fondée sur l’analogie, la seconde est vitaliste car le physiologique a été pris en compte, la dernière nous est contemporaine et parfois marginale : Elle est holistique et impose une vision plus complexe du tout.
Et dans cette dernière vision, à laquelle je me rallie, les cartésiens passent à côté de la pleine réalité qui s’offre à eux.

KANT a dit une chose qui a eu un écho retentissant :
(Anthropologie du point du vue pragmatique 1798) : « Le fait que l’homme puisse avoir le JE dans sa représentation, l’élève infiniment au-dessus de tous les autres êtres vivant sur la terre. Par là il est une personne et grâce à l’unité de la conscience dans tous les changements qui peuvent lui arriver, il est une seule et même personne, c’est à dire une être entièrement différent, par le rang et la dignité, de choses telles que les animaux sans raison, dont on peut disposer à sa guise »

On s’est moins focalisé sur son écrit précédent de 1781  « Critique de la raison pure » dans lequel il laisse glisser cette phrase lourde de sens « Je n’ai donc aucune connaissance de moi tel que je suis, mais je me connais seulement tel que je m’apparais à moi-même. La conscience de soi même n’est donc pas encore il s’en faut une connaissance de soi-même ».

NIETZSCHE épingle davantage en fixant d’autres limites plus pragmatiques à l’esprit humain dans Aurore (1880) « Le désir d’appropriation du sentiment du moi est sans limites : Les grands hommes parlent comme si tous les ages se tenaient derrière eux et s’ils  étaient la tête de ce long corps, et ces chères femmes se font un mérité de la beauté de leurs enfants, de leurs vêtements, de leur chien, de leur médecin, de leur ville à ceci près qu’elles n’osent pas dire : « tout cela, c’est moi. ».

L'intériorité est ce qui donne animation et conscience à la personne, et ce n’est pas une mécanique aussi rodée qu’il y parait, la conscience, projette, imagine, interprète, elle est rivée aux progrès techniques et scientifiques de l’homme ; ce faisant elle induit en erreur. D’où croyez vous que vienne la perte de spiritualité à notre époque ? Certains au contact du confort et du progrès ne croient plus en Dieu, d’autres au contraire,  affublés de la même misère qu’il y a deux cent ans régressent dans l’intégrisme le plus obscure.

On voit dans l’exemple que vous citer de Philippe Descola quatre interprétations différentes qui débouchent sur 04 conceptions. Voilà le problème du raisonnement humain : Sa géométrie variable.

L’équation dans l’esprit de la science, de la religion, et de la philosophie est un point d’équilibre sur lequel s’appuyer pour ne pas basculer d’un coté ou de l’autre de la force.

Qu’est ce que la règle première de l’analogie en science occulte. Je cite Eliphas puisque nous sommes chez lui Chap. 10 du Dogme intitulé précisément LA KABBALE.

« (…) Cette tradition repose toute entière sur le dogme unique de la magie : Le visible est pour nous la mesure proportionnelle de l’invisible. Or, les Anciens ayant observé que l’équilibre est, en physique, la loi universelle, et qui résulte de l’opposition apparentes de deux forces, conclurent de l’équilibre physique à l’équilibre métaphysique et déclarèrent qu’en Dieu, c'est-à-dire dans la première cause vivante et active on devait reconnaître deux propriétés nécessaires l’un et l’autre : La stabilité et le mouvement, la nécessité et la liberté etc.… »

C’est ainsi que même à haut niveau de la pensée humaine on retrouve le dogme quasi inconscient depuis 400 ans que la conscience = Le supérieur, l’intelligent, le bien, et l’instinct = L’inférieur, le chao, le mal.

Dans mon schème je conteste comme une erreur cette réduction induite par les aléas du fonctionnement de l’esprit humain. L’instinct a été mal apprécié, car sa réelle observation n’est pas perceptible par nos sens, de fait il est hors champ de notre conscience au stade d’évolution ou nous en sommes.


L’instinct n’est pas hors champ de conscience des civilisations qui ont échappé aux grandes révolutions intellectuelles depuis le 16éme siècle. Elles ont conservé avec lui un contact qui requiert une certaine initiation non seulement théorique mais pratique pour bien cerner l’envers des décors.  Ces populations ont les mêmes « sens sensoriels » que nous mais s’en servent différemment, car leurs nécessités ont faits qu’ils ont évolué d’une manière sensiblement différente aux nôtres.

Ainsi ils savent voir des choses que nous ne voyons pas. Ce sont des âmes sensibles qui  perçoivent au-delà de voir, et pressentent au delà de sentir. Ce sont de fins neuro linguistes car leurs esprits étant plus épurés que les nôtres, leurs perceptions s’en ressentent par une acuité développée. Ils connaissent le monde des sens qui pour eux ne se limite pas à cinq. Ils ont encore l’intuition magnétique dont celle des zones et des respirs positifs et négatifs. Ils ont une forme de contact avec la nature qui fait qu’ils excellent dans le relationnel animal… Leurs représentations se font en forme de grandes arcanes mystérieuses, je dois beaucoup à Eliphas et sa modernité d’avoir pu percevoir ce que je devais comprendre au final à savoir : Que l’Instinct transcende la simple notion de vouloir vivre à tout prix. Il est un paradoxe qui parvient à englober l’analogie (intériorité et physicalité différentes) et le totem (intériorité et physicalité analogues). Il s’exprime sous forme d’énergie indéterminée et sans doute indéterminable. Il poursuit un dessin qui nous échappe, dans lequel la relation des causes à effets est synonyme de sagesse. Il réglemente la vie mais aussi la mort… Il est une science + une force naturelle, il est le Bouc de Baphomet, il est l’Azoth…  C’est du moins la conception qu’il ressort de mes influences. Conception de plus en plus renforcée en considération que   longtemps les humains ont symbolisé leurs valeurs naissantes par le biais de l’idéogramme animal, qui exprimait le mieux à leur sens cet Azoth. Cela s’explique par la perception encore préservée qu’ils avaient alors de leur univers.
Perception qui loin d’être obscure, était plutôt éclairée sur la relation terre ciel.

Quant à la biologie le progrès si j’y fais référence c’est dans un soucis de toujours travailler avec le recoupement des trois connaissances. Le  principe plus global est celui d’évolution.

Car pour rappel ma préoccupation première était de comprendre l’esprit de l’homme via ladite évolution conscience instinctive/conscience intellectuelle.

Voilà pour vous être plus claire dans ma prise de position.


Bien à vous. En vous remerciant de cette discussion effectivement très intéressante.

Hors ligne

 

#16 18-01-09 08:54:43

leonidas
Membre Impératrice
Date d'inscription: 11-07-07
Messages: 13

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à chacun,
Et merci pour vos apports éclairés.
En filigrane de ces échanges , il m’a semblé percevoir que des méthodes ,des rituels avaient pu exister pour « se mettre en marche dans l’art d’imaginer juste. »
Question : a t il existé , à votre connaissance , un rituel de consécration de jeu de tarot ?

A vous lire.

cordialement

Hors ligne

 

#17 18-01-09 12:19:20

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Mon Cher Leonidas en introduisant la question du rituel, vous abordez une terrible question qui projette beaucoup dans l'esprit de l'homme : Celles des oeuvres magiques qui sont en tout au nombre de 22 selon un vieux manuscrit hébreux traduit par Eliphas..

Alors je vous dirais : Oui il existe autant de rituels que de figures et que de pratiquants. Et pour déméler sans sombrer dans l'exaltation je dirais que la plupart sont avant tout des mystifications car les auteurs sont convaincus des effets surnaturels qu'ils vont produire. 

L'exercice de l'oeuvre magique est l'expression d'un pouvoir naturel, mais supérieur aux forces naturelles de la nature telles que perçues d'ordinaire chez le profanne.

L'oeuvre magique que je connais le mieux est le maniement animal. J'ai vu faire des choses avant d'être initiée qui me semblait défier toute forme d'entendement. Oui j'aurais alors soutenu devant le monde entier avoir assisté à la manifestation du surnaturel. Disons le franchement : J'avais peur ! Et à l'exercice il s'est avéré que mise en concentration par des actes ritualisés, c'est de la pure science naturelle qui s'est révélée à moi. Rien de magique juste des choses que je n'avais pas vues ni comprises.

Le Rituel est avant tout une mise en concentration, il est l'acte par lequel la volonté se conditionne à accomplir une action qui transcende la perception du vulgaire.

Aussi le cartomancien peut il se mettre en concentration pour mieux ouvrir ses champs de perception, booster ses sensibilités, percer sa conscience, atteindre une autre perception plus "nerveuse" de sorte à mieux sentir et ressentir la personne qui vient le consulter. Il est alors comme une personne qui viendrait de perdre la vue et qui devrait se concentrer ailleurs que sur sa perception visuelle pour s'orienter.
Mais le cartomancien peut aussi soumettre son tarot à des opérations de magnétisation. (On retrouve ainsi souvent au Pére Lachaise des "jeux" déposés sur la tombe de Melle LENORMAND) Je connais une tireuse qui range son jeu suivant des poles d'orientations telluriques et ainsi de suite...

Je vous laisse libre d'y gouter, mais surtout attention à la mystification.

Bien à vous pour cette question

Hors ligne

 

#18 18-01-09 12:53:42

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Mon cher Léonidas

Il faut avant tout sauvegarder sa santé mentale ! Et de plus les rituels contribuent SERIEUSEMENT à nous faire perdre notre âme d'enfant. Tout le monde ici semble connaître l'Evangile : " Si tu ne redeviens comme un enfant ..." Baba Ram Dass disait : " Si tu ne vides, tel un être ouvert, détaché, confiant, l'énergie ne passe pas. L'énergie est là ! Conscience cosmique.

Ainsi pour ma part, je considère que la magie induite par le tarot est parfaitement maîtrisée par ses créateurs et suffisante. D'ou le danger d'utiliser des tarots "bricolés" par des non-maîtres.

Cordialement,

Charly

Hors ligne

 

#19 18-01-09 13:12:13

joss
Membre Soleil
Lieu: toulon var
Date d'inscription: 20-05-08
Messages: 805

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

bonjour à tous
VillaChicoubis qu'entends tu par maniement animal ?
cordialement
Joss

Hors ligne

 

#20 18-01-09 13:12:56

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour Villachicoubis

Merci d'avoir explicité votre démarche. N'ayant plus rien à ajouter sur E. Levi, dont je reconnais par ailleurs la justesse de vision sur la pratique de l'analogie, je ne vous transmet que cet extrait d'un livre de Nicolas Berdaïev: Dialectique existentielle du divin et de l'humain. Ce livre replace fort bien la démarche intellectuelle de Kant, Niestche.... par rapport aux religions et particulièrement le christianisme eschatologique n'ayant rien à voir avec le christianisme historique enfermant l'homme dans la prison de l'objectivation !


" L'évolutionnisme est au fond une théorie conservatrice, puisqu'il nie toute création dans le monde et ne reconnaît que la redistribution des parties dont le monde se compose. D'après cette théorie, tous les changements seraient dus à des impulsions venant du dehors, sans qu'on puisse constater des changements venant du dedans, de l'activité intérieure, produits par la liberté. On admet des chocs et des impulsions extérieurs se succédant à l'infini, mais on n'atteint jamais l'intérieur, le noyau doué d'une énergie créatrice. Or le vrai développement que la théorie de l'évolution n'appréhende que du dehors est, au fond, le résultat d'un processus créateur intérieur. L'évolution n'est que l'expression selon l'horizontale, selon la surface plane, d'actes créateurs qui s'effectuent selon la verticale, dans la profondeur."

Cordialement,

Charly

Hors ligne

 

#21 18-01-09 20:21:42

leonidas
Membre Impératrice
Date d'inscription: 11-07-07
Messages: 13

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

merci à chacun pour son ressenti sur la notion de rituel relative au tarot.
la derniere phrase du post de Charly:
"L'évolution n'est que l'expression selon l'horizontale, selon la surface plane, d'actes créateurs qui s'effectuent selon la verticale, dans la profondeur."
améne à s'interroger sur le symbolisme  de la croix dans le tarot:
il y a , bien sûr ,les fondements historiques (multi culturels et/ou religieux),mais quel en est l'impact sur ce type de tirage ?

à vous lire.

cordialement

Hors ligne

 

#22 18-01-09 21:03:47

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonsoir

Je n'ai pas compris votre question Leonidas. Vous évoquez la présence de la croix dans le Tarot : Jugement, Pendu... ou le tirage en croix ? Dans ce dernier cas je ne saurai répondre, cette méthode étant bien postérieure aux tarots des cartiers, et je ne connais pas la "divination".

Le catholicisme officiel, de sa par ses dogmes, ne se déploie que sur le plan horizontal, le plan de l'immanence. Le véritable christianisme, encore présent dans la Russie du XIXè siècle, se déploie sur les deux plans de la croix : transcendance et immanence. L'affirmation de la croix chez les anciens cartiers s'oppose à celle de la vision du moyen-âge.

Cordialement,

Charly

Hors ligne

 

#23 18-01-09 22:47:25

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Pour répondre à Leonidas : Je ne pratique par la divination, mais les croix qui accompagnent en accessoire  l'impératrice l'empereur le pape et la papesse, ne me semblent pas devoir être interprétées en tant que détails dans une pratique divinatoire avec le TDM. Celà est comme vouloir interpréter isolément chaque symbole du monde. C'est l'ensemble qui a un sens et qui permet de voir le sphynx.

Quant à la technique de tirage elle reléve de la sensibilité de l'auteur. Celà dit les tirages en croix à 04 cartes s'associent au TETRAGRAMME et le tirage en croix à 05 cartes au PENTAGRAMME.

Pour répondre à Joss ce que j'entends par maniement animal reléve de l'Art ancien du dressage (dressage dans le sens apprivoiser et non dompter). Je cumule l'influence de diverses cultures : Mongole, Nord amérindienne, tzigane, sibérienne et nord africaine.

Quant à ce trés Cher Charly dont l'analyse intellectuelle des choses est décidément acérée, ce dont je le félicite, je tiens à lui dire avant qu'il ne cesse de causer d'Eliphas, que j'aimerais bien m'accorder avec lui afin d'obtenir sa démonstration (*)... Et que j'ai bien compris son message concernant les "changements venant du dedans, de l'activité intérieure, produits par la liberté". Et que répondre d'autre que précisément nous manions vous et moi l'analogie des contraires et qu'est ce que l'analogie d'une liberté intérieure hormis une nécessité extérieure ?

Bien à vous tous avec la bonne soirée et la bonne nuit.

Hors ligne

 

#24 19-01-09 08:26:26

leonidas
Membre Impératrice
Date d'inscription: 11-07-07
Messages: 13

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

cher Charly,chére VillaChicoubis
merci à chacun pour vos réponses.
-je vous rejoins totalement sur l'approche "divinatoire "
et pense  plutôt que cet outil(le tarot ) est une contribution pour aider à imaginer juste.
-ma question était mal posée:j'aurais dû plutôt la poser dans les termes:
"quel sont les liens entre le symbolisme de la croix et les lames du tarot"

bien à vous

Hors ligne

 

#25 19-01-09 10:16:25

joss
Membre Soleil
Lieu: toulon var
Date d'inscription: 20-05-08
Messages: 805

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à tous
merci Villachicoubis pour l'info
j'aime beaucoup la subtilité de votre phrase Leonidas : "(le tarot ) est une contribution pour aider à imaginer juste."
Bonne semaine
Joss

Hors ligne

 

#26 19-01-09 19:08:16

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à toutes et à tous,

Je vous livre un passage trouvé par hasard puisque je cherchais une information pour les numérales sur la voie du tarot.

Un des premiers ésotéristes à parler du tarot, Eliphas Lévi, a volontairement induit ses étudiants en erreur, suivant ainsi l'idée, courante à l'époque du pape Pie VI, que la connaissance ne devait être révélée qu'à quelques initiés. Lévi a donc identifié les deniers à l'air (activité mentale) et a représenté l'épée avec la pointe tournée vers le sol, lui donnant une signification de l'élément terre et le domaine de la vie matérielle. il est pourtant évident que les épées pointent vers le ciel, puisque leur As s'introduit dans une couronne, objet destiné à être placé sur la tête.

Amitiés, Tempérance

Hors ligne

 

#27 19-01-09 21:27:58

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à toutes et tous

Les Deniers sont évidemment signes de Terre, le Valet de Deniers élève de terre un Denier. De plus les Deniers forment les figures géomantiques, la Géomantie étant science de la terre et de ses "figures" cachées. Enfin les 2 Eléments " légers " : Feu et Air sont représentés abstraitement dans les séries tandis que les 2 Eléments " lourds " : Eau et Terre sont représentés concrètement.

Quant à la citation de Tempérance, je ne crois pas que Levi ait induit en erreur des étudiants. Les 4 Eléments ne pouvant être appréhendés séparément et se transmutant incessamment l'un dans l'autre, les occultistes ont attribués plein de significations différentes aux Eléments en voulant fixer les représentations. Car le Feu est double : (feu de l'esprit, épée) et feu de Nature (bois du Bâton). Comme l'Eau est double : Terre, coupe de réceptivité recevant les 3 autres éléments et Eau (mercure, " eau ne mouillant pas les mains " selon l'expression consacrée).

En définitive nous avons l'essence représentée abstraitement fécondant la substance seule visible.

Cordialement

Charly

P. S : J'ai transmis ma "démonstration" à Villachoubis"

Dernière modification par Charly Alverda (20-01-09 03:59:51)

Hors ligne

 

#28 20-01-09 13:37:33

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Charly, tu as changé le contenu de ton message... Je voulais juste souligner que chaque enseignement est bon, ensuite chacun s'identifie à celui qui lui convient le mieux. Vous lire toutes et tous, me permet de rester l'esprit ouvert et ma culture s'en trouve enrichie...

Amitiés, Tempérance

Hors ligne

 

#29 20-01-09 19:52:30

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Chère Tempérance, je te réponds dans PARTAGE qui me semble plus approprié.

Hors ligne

 

#30 21-01-09 23:44:43

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Chére Tempérance,



Je me méfie des biographes d’Eliphas, qui disent beaucoup de bétises, comme le fait qu’il fut un prêtre défroqué…Comme il le plaide lui-même « Pour être défroqué, eut il fallu que je sois prêtre ».

La  biographie d’Eliphas est contenue dans SDLM (Secrets de la Magie) et il n’est donc pas utile d’écouter les tiers pour avoir une idée de  sa conception  de l’initiation à la science occulte. Il le dit lui-même : Il ouvre la porte et à l’initié de faire le chemin que lui réserve la science, car il sait que tous les initiés ne sont pas appelés au même destin et il sait surtout que la science est « vivante » et qu’elle se choisira elle-même ses élus.

On l’associe beaucoup au TDM  en raison de son travail sur les symboles, et il est un fait que Dogme et Rituel est une Etude très poussée de  la question. 
Mais réguliérement il le rappelle :  L’essentiel n’est pas le symbole c’est ce qu’il contient et ce qu’il contient n’est pas seulement une philosophie ou une croyance c’est une science. Et cette science est celle de l’œuvre magique.

Eliphas est un grand maître occulte mais surtout un maitre de l’initiation… Autrement dit malgré la complexité de la matière il sait l’exposer. Certes il ne fait pas d’assistanat avec son  disciple qu’il prévient : Le chemin est long et difficile et sans volonté ni travail ni discipline on n’y parvient pas.  Certes il se tait parfois gardant par devant lui certaines vérités (A quoi bon les révéler puisqu’elles émergent d’elles mêmes).

Mais jamais jamais au grand jamais il ne  ment ou il n’induit en erreur, ou il ne pratique quoi que ce soit qui puisse être tricherie dans sa démarche. Ce que pouvait penser le Pape était le cadet de ses soucis. Ce que pouvaient penser l’Eglise, la FM, les RC, le parti  à caractére socialiste qu’il a fréquenté un temps ou son ex femme … Tout cela dans SDLM, il s’en fiche.

L’ŒUVRE MAGIQUE était sa seule et unique préoccupation et tout son travail des symboles n’a été entrepris que dans une seule détermination : La Compréhension et la  Maitrise de l’œuvre…

Car disons le franchement tirer les cartes n’était pas l’occupation favorite d’Eliphas et si on venait le consulter c’était à d’autres fins… Il était spiritiste, il communiquait avec les esprits vivants et morts.

De là qu’il a enflammé bien des imaginations et que bien des fantasmes personnels se laissent trahir sous la plume de certains auteurs qui parlent de lui.

Voilà donc ce que je pense des propos que vous nous rapportez.

Pour l’épée, je synthétise l’essentiel de leur message de la façon suivante :
Epée tournée vers le haut : Elle relie la terre au ciel, elle crée le cercle.  Le symbole est simple à comprendre : La terre forme un élément, le ciel son contraire forme un deuxiéme élément, l’un et l’autre ne peuvent exister que par un troisiéme élément : L’équilibre représentée par l’épée. Et de ces trois éléments réunis émerge un quatriéme : L’harmonie représentée par le cercle. De là vous l’aurez compris : Mais ouais c’est cela la quadrature du cercle !. (Et c’est ce même cercle qu’on retrouve dans la majorité des rituels y compris les plus tribaux et archaiques)

Epée en bas : Cette fois elle relie le ciel à la terre, c’est le ciel qui nous tombe dessus…
Dans ce cas là, ce n’est plus le cercle céleste harmonieux qu’on encense, c’est le cercle vicieux des démons terrestres (le serpent qui se mord la queue) qui fait les frais de la puissance céleste. C’est le pointage de nos faiblesses et leur sanction.

Dans les deux cas les 04 élements sont là, la quadrature est représentée, mais une fois du coté de la sagesse et une autre du côté obscure.

Voilà bien à vous et bonne soirée

Hors ligne

 

#31 22-01-09 18:38:42

Charly Alverda
Membre Soleil
Date d'inscription: 29-03-08
Messages: 854

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour à tous

J'en profite pour ajouter, et ceci concerne aussi la rubrique consacrée à Wirth, que ce dernier sur la demande de son Maitre Stanislas de Guaita a prétendu restituer " la pureté hiéroglyphique " du Tarot contre les " exemplaires grossiers " des cartiers. Cependant le savoir du Maître venait d'Eliphas Levi.

Cordialement,

Charly

Hors ligne

 

#32 26-01-09 11:29:49

Tempérance
Membre Soleil
Date d'inscription: 25-06-08
Messages: 865

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Bonjour Villachicoubis,

Je viens de lire ton message, j'en profite pour te remercier pour ce complément d'information concernant Eliphas Lévi.

Bien à toi,
Tempérance

Hors ligne

 

#33 29-10-13 14:20:08

Chèvre
ma e baga
Date d'inscription: 24-06-09
Messages: 1657

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

à propos de l'influence d'Eliphas Lévi , sur les tarots occultistes et anglo-saxons particulièrement, Alain Jacobs vient d'ouvrir un sujet ici qui compare des "lames" des tarots de Crowley et de Rider-Waite-Smith avec des extraits du  Dogme et Rituel de la Haute Magie d'E. Lévi.

c'est ici

Hors ligne

 

#34 10-11-13 01:39:42

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Excusez moi je me vois au regret de supprimer une série de post qui sont intégrés en fait à un manuscrit en cours de négociation avec un éditeur... J'ai une clause édition internet publique interdite...

Donc voilà c'est dommage... Mais je n'ai pas le choix...

J'offre en dédommagement à notre administrateur s'il le souhaite un exemplaire papier fabrication maison avec le rituel et tout et tout... Il aura qu'à me faire signe en MP

Vous remerciant de votre compréhension...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:51:12)

Hors ligne

 

#35 10-11-13 01:40:46

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:46:25)

Hors ligne

 

#36 10-11-13 01:41:53

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:45:54)

Hors ligne

 

#37 10-11-13 17:42:53

Nojamandre
Nouveau / Nouvelle
Date d'inscription: 18-12-10
Messages: 162

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

Je ne connais ni Eliphas Levi, ni Crowley et si le texte que nous propose VillaChicoubis me semble partir un peu dans tous les sens, j'aimerais juste te faire part de mon avis sur le N° 4, les 4 désirs de l'âme identifiés comme suit dans l'ordre :
coupe - épée - bâton - denier.


Sur ce sujet tu dis :

VillaChicoubis  a écrit:

Une ritournelle qui dit :

"Je suis un chevalier du Graal qui a bu la coupe, qui a eu le désir de s'en nourrir, mais qui n'a pas commis l'erreur de s'en saouler. Celà m'a permis d'obtenir, l'épée, la force, pour défendre cette coupe grace à ma puissance.
Comme je savais que l'épée devait être remise à sa place, alors j'ai fini par la reposer ou je l'avais trouvée et là elle est devenue un baton.
Un baton de connaissance sur lequel je m'appuie pour achever mon chemin vers la récompense, vers le denier, vers le soleil"

Je suis en désaccord avec l'ordre que tu donnes et je m'appuie sur l'observation de la réalité. On commence d'abord par se battre pour accéder à la nourriture, les petits d'animaux jouent des coudent afin d'avoir la meilleur place pour téter "maman" et c'est la même chose chez les adultes où le plus fort mange d'abord, chez les loups notamment. Les autres regardent et sont frustrés.
Or, de ce constat, si on pose un bifteck entre plusieurs personne, une lutte va s'engagée. Bâton ou épée en premier? Mais certainement pas la coupe, car encore faut-il, pour remplir son écuelle , préalablement montré les crocs ou usé de ruse.

Ensuite tu écris que l'épée précède le bâton. Pourtant le bâton en tant qu'objet est le plus simple, le plus brut tandis que l'épée nécessite déjà une connaissance pour la forger et plus de temps pour savoir la maniée, d'autre part l'épée était réservée à une élite, tandis que n'importe quel vagabond ou voyageur était équipé d'un bâton.

La maîtrise de l'épée allait souvent de pair avec celle de la canne et du bâton. Je conçois que tu parles en terme d'énergie, mais le bâton renvoie aussi à la massue et au gourdin, avec l'idée d'un désir bestial non maîtrisée et pas systématiquement à l'image solennel de Moïse transformant son bâton en serpent.

La survie passe d'abord par la lutte et la maîtrise du territoire puisque c'est dessus qu'on y trouvera la bouffe. D'ailleurs la noblesse l'avait bien compris, ensuite on peut remplir sa coupe des produits chassés ou cultivés. Et celui qui bouffe bien, a  alors du temps a consacré au arts et développe de nouveau projets : l'épée, c'est l'esprit de finesse. Celui qui lutte constamment pour joindre au quotidien les deux bouts (de bâtons^^) n'a peu voir pas de temps à consacrer à l'étude de son esprit, lecture, écriture, etc.

Bref, je ne vois pas de logique dans cette suite coupe-épée-bâton-denier.

Dernière modification par Nojamandre (10-11-13 17:45:41)

Hors ligne

 

#38 12-11-13 21:29:17

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:45:22)

Hors ligne

 

#39 12-11-13 21:34:31

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:44:40)

Hors ligne

 

#40 13-11-13 19:17:33

Nojamandre
Nouveau / Nouvelle
Date d'inscription: 18-12-10
Messages: 162

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

VillaChicoubis a écrit:

Je continue dés lors le récit sauf s'il vous dérange et que vous le trouvez sans intérêt dans ce cas il suffira de me faire un petit signe aimable et je comprendrai...:

Si je prends le temps d'apporter une réponse, certes une objection sur un point particulier, c'est bien que j'ai trouvé intéressante la vision dont vous nous faites part. Néanmoins, ma vision du tarot est somme toute très simple puisqu'il s'agit selon moi d'un outil pratique concret et face aux apparences de la lune, tels que décrites ici dans le récit, je me garde avec la réalité dont fait preuve l'empereur en gardant un pied sur terre.

Or d'un point de vue de la réalité, celle que l'on peut vivre au quotidien il apparait qu'on lutte d'abord (bâton ou épée) avant de remplir la coupe et de la partager éventuellement.

La preuve en est : notre discussion. Il s'agit bien en quelque sorte d'une lutte qui opposerait deux lutteurs (de l'esprit) sur un tatami où chacun évaluerait les atouts et faiblesses de la conception de l'autre. Alors non pas dans un combat à mort où bien trop souvent tourne et tombe la rencontre (à base de "j'ai raison, tu as tort"), mais dans une rencontre amicale, où chacun peut tester ce que vaut la vision de l'autre.

Même le manger ne fait pas exception, puisque le steak que l'on ingurgite est d'abord broyé, découpé, passe au travers d'un processus chimique ou cette matière brute est découpée et ne subsiste que les éléments réduits à leur expression utilisable par l'organisme, le reste étant éjecté.
Donc j'ai bien compris votre logique, mais en la testant avec ma vision, en la passant dans mon tamis, je suis bien obligé d'en admettre les faiblesses pour lesquelles vous n'apportez pas de réponse.


Je ne rejette aucune vision du tarot en soi seulement je les évalue avec des outils solides et le tarot en est un.
Après, si vous souhaitez que le lecteur comprenne mieux la vision d'Eliphas vous ne pourrez échapper aux objections que la lecture ci et là pourrait lever.

Enfin n'ayant nulle intention de vous ennuyer avec mes considérations pompeuses, je vous laisse continuer votre périple.

Hors ligne

 

#41 13-11-13 19:51:14

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:44:07)

Hors ligne

 

#42 13-11-13 19:53:08

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:43:46)

Hors ligne

 

#43 14-11-13 22:22:14

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:43:28)

Hors ligne

 

#44 16-11-13 14:52:51

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:42:46)

Hors ligne

 

#45 16-11-13 14:54:03

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:42:29)

Hors ligne

 

#46 16-11-13 14:57:32

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:42:08)

Hors ligne

 

#47 17-11-13 20:21:36

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:41:50)

Hors ligne

 

#48 17-11-13 20:23:04

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:41:31)

Hors ligne

 

#49 19-11-13 20:52:43

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:41:11)

Hors ligne

 

#50 19-11-13 20:54:07

VillaChicoubis
Membre Pape
Date d'inscription: 03-01-09
Messages: 28

Re: Le tarot par Eliphas Lévi

...

Dernière modification par VillaChicoubis (24-04-14 22:40:47)

Hors ligne

 


Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr
Maintenance : DR Création
Hébergement du site assuré par : DR Création