Tradition des tarots de Marseille

Un forum créé par Laurent EDOUARD et géré par Chèvre

Vous n'êtes pas identifié.

Annonce

A la mémoire de mon ami Jean-Claude FLORNOY. Pour vous inscrire adressez simplement votre requête à Laurent ÉDOUARD via son site ou à Chèvre, ici, en indiquant le pseudo sous lequel vous souhaitez participer.

#1 16-02-08 14:42:43

Daimonax
Membre Diable
Lieu: IdF
Date d'inscription: 12-07-07
Messages: 310
Site web

Traditions parallèles - Roue de la Fortune

Le thème de la roue de la Fortune est un vieux poncif. Déjà présent à Pompéi, cette image a subi une transformation sous l'influence chrétienne, visible sur des ouvrages médiévaux, où toutes les figures présentes sont humaines, avec surtout la particularité d'un personnage tout en bas.

http://www.bacchos.org/tarothtm/rouedefortmedivale1.jpg http://www.bacchos.org/tarothtm/carminaburana.jpg

Sur ces deux exemples, dérivés d'une même tradition iconographique accompagnant des textes, je remarque aussi que l'image est légendée, accompagnée de mots ou explications écrites. Si on regarde le tarot Visconti, on remarque évidemment que c'est encore le même "modèle" de référence pour illustrer le thème "Roue de Fortune" (Fortuna).

http://www.bacchos.org/tarothtm/visconti10.jpg

Sur cette image, il y a aussi des phylactères explicatifs pour accompagner cette image.

En un mot, ce modèle est une représentation "savante", conventionnelle, définie depuis longtemps et fixée par les érudits.

Mais c'est une chose fort différente qu'on peut voir sur les TdM: aucun personnage n'est humain, seulement "humanisé". Une sphinge grecque au sommet, où les ailes sur le modèle premier ne devaient pas ou n'être plus très nettes pour devenir une double draperie épousant le contour des ailes, même si elle fut par la suite égyptiannisée, sous la croyance d'une origine égyptienne du tarot, lancée par Court de Gebelin. Déjà l'association entre la sphinge "mangeuse d'âme" et gardienne de la gorge étroite (fonction étymologie de son son nom) et la fortune, Fortuna ou sa roue, est dans l'écriture iconographique romaine.

http://bacchos.org/tarothtm/iconosuite/10fortunahercu.jpg

Sur cette fresque d'Herculanum, la sphinge est placée sur une avancée de portique au-dessus de la déesse Fortuna, tenant son "balancier" de la bonne ou mauvaise fortune.

http://bacchos.org/tarothtm/iconosuite/sphinxparqueslvre.jpg

Sur ce sarcophage romain du Louvre, la sphinge occupe tout le petit côté, et une parque - ou Fortuna elle-même, car deux lectures autour de la mort de Méléagre sont possibles ici sur cette scène dérivée d'une pantomime perdue - a son pied sur cette roue de la fortune.

Une association "théologique" entre la sphinge mystérieuse et la fortune qui est donc courante dans la tradition païenne romaine, perdue par la tradition érudite chrétienne car remaniée et christianisée, mais qui réapparaît en grande pureté sur le TdM, alors que ces modèles archéologiques ne sont pas encore réapparu ou n'ont pas été abordés quand le dessin fut réalisé, puis recopié.

Cette remarque de différence entre le Visconti d'une cour érudite et le TdM populaire ne s'arrête pas à la sphinge, et se poursuit pour les autres personnages, animaux humanisés; un âne qui monte et un singe qui descend (notons que cette roue tourne dans le sens inverse des autres relevées plus haut). L'âne, avec ses grandes oreilles qui écoutent en silence, comme un disciple de Pythagore, et d'une curiosité légendaire très humaine, a souvent signifié l'épreuve de l'homme ordinaire, "impur" ou profane, souvent victime d'une curiosité déplacée, pour accéder à un état supérieur. Cela est parfaitement suivi par Apulée dans ses "Métamorphoses" avec l'histoire de Lucius devenu âne avant d'accéder à l'initiation d'Isis, après de nombreuses épreuves... initiatiques. 

Quant au singe qui descend, je suis moins renseigné, sauf par une mosaïque de Pompéi au musée de Naples avec sa roue de la fortune surmontée d'un crâne de singe (le papillon symbolise l'âme, psuchée en grec ayant les deux sens) - un singe aux grandes oreilles aussi...

http://bacchos.org/tarothtm/iconosuite/10-13mortroueherc.jpg

Si je récapitule, la carte du TdM me permet d'établir un lien étroit entre l'œuvre d'Apulée, cette mosaïque pompéienne ou cette fresque d'Herculanum, ou encore ce sarcophage de Méléagre au Louvre, elle semble même être une synthèse de ces éléments inconnus de l'érudition lettrée quand le modèle premier et ses premières copies furent réalisés, comme si ces versions antiques n'étaient de des variantes "incomplètes" de "citation", alors que le TdM contient l'"intégralité" (ce que j'avais signalé aussi à propos de la Papesse et de ses divers modèles dans la domina de l'association dionysiaque ou thiase).

Enfin, le sol... qui évoque le "bourbier" des enfers orphiques, cela pour compléter cette observation que la roue de la Fortune du TdM est "purement" de tradition purement romaine et n'a rien à voir avec les cercles érudits et leurs conventions savantes, toujours respectées par les lettrés de l'époque comme l'atteste le Visconti, et vient donc d'une autre tradition iconographique conservée en ligne directe, loin des élites, bien entendu, loin des cités même.

On peut s'interroger aussi sur le glaive de la sphinge (absent dans cette iconographie antique), que l'on retrouve dans la main de la Justice également, ce qui relie étroitement ces deux cartes. Justice et Fortune, destin mérité, comme un châtiment divin, parfois différé, et destin dû à la seule chance ou malchance arbitraire, deux voies du destin qui s'équilibraient chez les anciens, personnifiées par Fortuna la capricieuse et Némésis (déesse des gladiateurs), la justice vengeresse, une Erynie (ou Furie) fille de la Nuit (Justice aussi est fille de la Nuit chez Parménide d'Elée/Velia, qui fait que Justice=Némésis dans la théologie gréco-romaine), elle aussi représentée souvent avec une roue de la Fortune au pied (une statue au Louvre, entre autres), ce qui fait dans l'autre sens, par la roue et non plus le glaive comme dans le TdM, la même connexion entre Justice et Fortuna.

http://bacchos.org/tarothtm/nemesis_louvre.jpg

Si à cela on ajoute encore que l'orphisme comme le pythagorisme croyaient dans les réincarnations animales (Platon aussi croyait dans des réincarnations, mais pas animales à ce que j'ai pu relever), montant et descendant sur la "roue des vies" selon des décisions d'une justice divine, en fonction de la conduite durant son passage sur terre, et cette carte du TdM est encore plus issue de la tradition ésotérique romaine orphico-pythagoricienne, dans une très grande pureté, très dense même avec tous ces éléments cohérents mis bout à bout en une seule image, et non des cercles théologiques chrétiens ou néoplatoniciens des lettrés ou poètes de la fin du Moyen Age ou de la Renaissance, qui en revanche se sont exprimés avec "exactitude" dans les versions princières du tarot comme le Visconti, sans doute pour "corriger" cette version populaire (aujourd'hui perdue pour cette époque) et purement païenne qu'on retrouve copiée à peu près fidèlement dans les TdM

Evohé !
Daimonax

Dernière modification par Daimonax (16-02-08 15:19:43)


Servitia regum superborum, suae libertatis immemores, alienam oppugnatum venire. (Tite-Live, II)
[Voyez] ces esclaves de tyrans arrogants, oublieux de leur propre liberté, venir agresser celle des autres.

Hors ligne

 

#2 16-02-08 16:11:38

kwaw93
Membre Tempérance
Lieu: Kusadasi, Turkey
Date d'inscription: 23-01-08
Messages: 294
Site web

Re: Traditions parallèles - Roue de la Fortune

Apulieus était bien connu et fort discuté à l'époque, pas besoin de chercher à pré-chrétien sources inconnues à l'heure. Réincarnation, y compris celle trouvée dans Platon, et les métamorphoses des animaux a également été très discutée.

Figure de la roue n'est pas toujours "humain" dans la renaissance sources ou plus tôt. Généralement il est la figure de l'âne (traduction par google):

http://translate.google.com/translate?u … ISO-8859-1

http://translate.google.com/translate?u … ISO-8859-1

http://translate.google.com/translate?u … ISO-8859-1

La relation à l'âne est liée au thème de la folie, et comme on peut trouver déclaré à l'époque, "car la folie est aux hommes comme la sphinx."

Je voir il n'ya rien qui ne puisse être expliqué facilement et de manière plus convaincante en se référant à des sources contemporaines,.

Dernière modification par kwaw93 (16-02-08 18:23:01)


...un jeu, je pense un bon jeu, qui mène par le biais de jouer à une connaissance de ce qui est bon et l'application de cette vision dans la vie quotidienne.

Hors ligne

 

#3 16-02-08 21:28:44

Daimonax
Membre Diable
Lieu: IdF
Date d'inscription: 12-07-07
Messages: 310
Site web

Re: Traditions parallèles - Roue de la Fortune

kwaw93 a écrit:

Je voir il n'ya rien qui ne puisse être expliqué facilement et de manière plus convaincante en se référant à des sources contemporaines,.

Sauf que ces sources "contemporaines", savantes, aboutissent à une tout autre image de la Roue de Fortune (celle du Visconti ou des manuscrits médiévaux) que celle du TdM, qui, elle, est parfaitement conforme à la théologie orphico-pythagoricienne, dans tous ses éléments et références, parfaitement ordonnés, et même jamais aussi complète que dans cette image.

Evohé !
Daimonax


Servitia regum superborum, suae libertatis immemores, alienam oppugnatum venire. (Tite-Live, II)
[Voyez] ces esclaves de tyrans arrogants, oublieux de leur propre liberté, venir agresser celle des autres.

Hors ligne

 

#4 17-02-08 01:47:31

kwaw93
Membre Tempérance
Lieu: Kusadasi, Turkey
Date d'inscription: 23-01-08
Messages: 294
Site web

Re: Traditions parallèles - Roue de la Fortune

Certains disent, et non pas un sphinx, un singe.

Plus le singe grimpe, ou est soulevée, ou chevauche la roue vers le haut, puis le plus voir son cul, plus il montre sa folie.

http://translate.google.com/translate?u … p;ie=ASCII

http://www.emblems.arts.gla.ac.uk/frenc … id=FANa050

Contemporary sources des figures sur la roue de 3 à 6 ou plus; humaine et animale, comme l'atteste singe, ou lapin, ou âne, ou sphinx, ou le singe. Qu'est-ce pas' contemporain '?

Dernière modification par kwaw93 (17-02-08 02:12:05)


...un jeu, je pense un bon jeu, qui mène par le biais de jouer à une connaissance de ce qui est bon et l'application de cette vision dans la vie quotidienne.

Hors ligne

 

#5 17-02-08 03:21:51

Daimonax
Membre Diable
Lieu: IdF
Date d'inscription: 12-07-07
Messages: 310
Site web

Re: Traditions parallèles - Roue de la Fortune

Oui, il y a bien des singes... mais pas de roue de fortune.

Evohé
Daimonax


Servitia regum superborum, suae libertatis immemores, alienam oppugnatum venire. (Tite-Live, II)
[Voyez] ces esclaves de tyrans arrogants, oublieux de leur propre liberté, venir agresser celle des autres.

Hors ligne

 


Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr
Maintenance : DR Création
Hébergement du site assuré par : DR Création